Journée d’étude du 18/09/2020 — Résumés des interventions

 

Samuel Thévoz (Université Sorbonne Nouvelle, THALIM) : « Le traducteur en voyage et le voyage en traduction : les Impressions d’un Tibétain en France ou le “récit des joies et peines” d’Adjroup Gumbo »

La présente réflexion portera sur les figures du déplacement dans le cas d’une variété littéraire unique, d’un texte sans comparant dont nous ne possédons que des traductions.

À l’automne 1907, Adjroup Gumbo, lettré tibétain issu d’une famille bourgeoise bouddhiste, ancien moine bön po devenu catholique, quitte Patong (sPa btang), petit village de montagne surplombant le Mékong, situé dans l’actuel district de bDe chen (Dêqên) de la province du Yunnan. Il part pour la France, où il séjournera de janvier 1908 jusqu’au printemps 1909. Adjroup Gumbo avait guidé l’explorateur Jacques Bacot dans ses aventures tibétaines et en est devenu l’interprète. À son tour, le voyageur français devient l’interprète et le traducteur du voyageur tibétain. Il fait publier le récit d’Adjroup Gumbo dans plusieurs revues françaises et le fait figurer en contrepoint du récit de son second voyage, Le Tibet révolté, en 1912.

Œuvre peut-être sans équivalent dans l’histoire littéraire tibétaine, le « Voyage du nommé Adjroup Gumbo », rédigé initialement sous forme d’une lettre à son frère cadet, est accessible au public uniquement dans sa traduction française. Aujourd’hui, le récit d’Adjroup Gumbo n’est disponible que par le fait de quelques rééditions récentes du Tibet révolté et vient tout juste d’être traduit en anglais (contrairement à celui de Bacot !), sous forme de morceaux choisis. Toutefois, lors de son séjour à Paris, ce voyageur « excentrique » avait proprement défrayé la chronique, à tel point que l’on peut estimer qu’il vola la « une » à l’explorateur à leur retour du Tibet.

Sur la base de manuscrits conservés en archives, des diverses publications du récit et du dossier de presse de l’époque, j’interrogerai les multiples dimensions de déplacement qui affectent ce texte : ses modes narratifs et descriptifs, ses références ambivalentes, ses déterminations génériques doubles, ses variantes multiples et ses lecteurs désorientés attestent que le « Voyage » d’Adjroup Gumbo oscille perpétuellement entre les univers culturels tibétain et européen. En dépit de l’absence d’une version originale en tibétain, je suivrai l’idée que ce texte, situé dans les interstices et les sutures de l’histoire des littératures mondiales, opère un déplacement culturel et produit un effet de différence en laissant entendre dans sa traduction française une voix littéraire tibétaine.  

 

Catherine Morgan-Proux (Université Clermont Auvergne, CELIS) : « De la pluralité des road trips nord-américains »

Parcourir les routes aux États-Unis a longtemps été considéré comme un rite de passage pour les Américains. La mythologie de la « route ouverte » symbolisant la promesse d’opportunité, de mobilité et de liberté est au cœur de l’identité américaine et façonne son caractère . Le road trip est une « quintessence de l’Americanness » (Brigham 2015). Du roman fondateur On the Road de Jack Kérouac aux films hollywoodiens comme Thelma and Louise de Ridley Scott, la culture américaine des XXe et XXIe siècles en est imprégnée.

Si le déplacement définit le caractère itinérant du psyché américain (Primeau 1996), ce paradigme n’est pas forcément globalisant ni partagé par tous. Déplaçons notre regard justement du côté des expériences de ceux qui ont été relégués historiquement à la marge de la société américaine pour des questions de gender, de sexualité, d’ethnie, d’origines géographique. Cet exposé présentera des exemples de productions culturelles qui montrent une pluralité de façons de prendre la route, souvent en décalage avec l’idée fixe de la mobilité synonyme de liberté.

Nous examinerons les intersections et les carrefours de ce genre littéraire et artistique pour mieux discerner ses voies / voix de communication. En nous inspirant des mots d’Ottmar Ette – « we need to develop a poetics of movement », nous proposerons une sociopoétique de la route, cet espace-temps qui brouille les frontières entre l’ici et l’ailleurs.  

 

Thomas Brisson (Université Paris 8, Cresppa-LabTop) : « Déplacements physiques / déplacements théoriques. Expériences postcoloniales en Amérique du Nord »

La structuration d’une pensée postcoloniale critique aux États-Unis, autour des années 1970, a souvent été associée à l’installation d’intellectuels originaires des anciens mondes coloniaux dans les universités du pays. Mais que s’est-il joué exactement à cette occasion ? Comment le déplacement physique (la migration, l’exil, l’installation à l’étranger…) s’articule-t-elle au déplacement théorique (la capacité à remettre en cause les cadres établis de l’analyse) ? En relisant d’un point de vue sociologique les trajectoires de plusieurs intellectuels postcoloniaux, l’intervention propose de revenir sur cette question et d’explorer les chemins divers par lesquels des femmes et des hommes ont fait de l’éloignement de leur monde d’origine le principe d’une pensée de rupture.  

 

Gérald Peloux (CY Cergy Paris Université, AGORA/CRCAO) : « De l’Amérique à l’Europe via le Japon des années 1920 : expériences du déplacement dans les “récits japs américains” et L’Horizon dansant de Tani Jōji »

Les années 1920 correspondent au Japon à une période de synchronisation avec l’Occident : le « rattrapage » promu par les élites politiques durant l’ère Meiji (1868-1912) n’a plus lieu d’être. La littérature, plus généralement les arts, sont également concernés et le voyage en Europe ou aux États-Unis (pour les plus marqués idéologiquement, l’URSS) devient pour certains écrivains et artistes un passage obligé. Il n’est plus limité à quelques privilégiés ou à ceux soutenus par l’État. Ce « Grand Tour » au cours duquel le Japon et l’Occident se rencontrent sur un pied d’égalité est rendu d’autant plus possible parmi les écrivains que nombre d’entre eux s’enrichissent considérablement à partir du milieu de la décennie grâce à la mode des enpon (« livre à 1 yen ») qui révolutionnent le monde de l’édition japonaise.

Nous voudrions nous arrêter sur le cas emblématique de l’écrivain Hasegawa Kaitarō (1900-1935). Phénomène éditorial de la littérature populaire de l’entre-deux-guerres qui n’est pas sans rappeler par certains aspects celui de Maurice Dekobra, il a passé une large partie des années 1920 à l’étranger, d’abord de 1920 à 1924 dans l’Est américain, dans une quasi hoboïtude, puis de 1928 à 1929 en Europe en tant qu’envoyé spécial d’un des grands magazines japonais qui lui permettra, cette fois, de mener grand train à travers le continent.

De facture moderniste, ces récits qui retracent ces expériences sont réunis en 1929 dans trois recueils : Sans Logis au Texas, Le Décaméron Moderne pour les États-Unis, L’Horizon dansant pour l’Europe. Dans les deux premiers (un choix de nouvelles tirées principalement du premier est à trouver dans ma traduction Chroniques d’un trimardeur japonais en Amérique, Les Belles Lettres, 2019), Hasegawa Kaitarō, sous le nom de plume Tani Jōji, met en scène des migrants japonais confrontés à la dure réalité de la société américaine des Roaring Twenties, loin de l’Eldorado décrits dans de nombreux textes japonais contemporains, tandis que dans son récit viatique, il se raconte, entre la Finlande et le Portugal, entre la Grande-Bretagne et la France, faisant constamment osciller son texte entre le document réaliste et la fiction la plus fantaisiste.

Œuvres de l’errance migratoire et du voyage sans cesse questionnant les frontières de la fiction, nous analyserons ces textes sous le prisme du déplacement : comment ce dernier s’exprime-t-il dans des ouvrages dont le contexte d’écriture est différent mais dont le résultat final marque une homogénéité factuelle certaine ? Nous suivrons l’idée selon laquelle à l’importante diversité des moyens de déplacement évoqués répond l’éclatement/la démultiplication de l’identité de l’auteur et de ses différents personnages.

 

Pierre Boizette (IFRA Nairobi / Fondation pour la Mémoire de la Shoah) : « Écrire le pays des pères : retour au pays et devenir afropolitain chez Noo Saro-Wiva et Mukoma wa Ngugi »

Leurs noms trahissent immédiatement leur filiation. Noo Saro-Wiva et Mukoma wa Ngugi sont en effet la fille et le fils de deux des figures majeures de la littérature africaine de la seconde moitié du vingtième siècle. En plus, d’être des écrivains reconnus et célébrés, leurs pères furent également des opposants politiques aux régimes kenyan et nigérian. Les prises de parole de Ken Saro-Wiva en faveur du peuple Ogoni lui coûtèrent la vie, tandis que celles de Ngugi wa Thiong’o contre les gouvernements successifs de Jomo Kenyatta et de Daniel arap Moï le contraignirent à l’exil. Ces circonstances eurent également un impact sur leurs familles. C’est ainsi aux Etats-Unis et en Angleterre que grandirent leurs enfants, c’est également là qu’ils ont réalisé la majeure partie de leur carrière professionnelle. Néanmoins, quand il s’est agi pour eux d’écrire leurs retours respectifs dans ces pays desquels leurs pères avaient été écartés plus ou moins violemment, chacun s’est posé la question du lien qui les unissait encore à ces territoires dorénavant si étrangers. En analysant deux de leurs œuvres, je me propose de mettre en lumière la dimension afropolitaine de ces textes. En effet, chacun à leur façon, Noo Saro-Wiva et Mukoma wa Ngugi, axent leur représentation de l’espace africain sur la fracture de leur identité. Objets de répulsion et de fascination, le Kenya et le Nigéria qu’ils redécouvrent se muent en laboratoires de subjectivités hybrides.  

 

Olivier Remaud (École des Hautes Études en Sciences Sociales, CESPRA) : « « Raconter une vie et dire le monde ». Présentation de l’ouvrage Errances (Paulsen, 2019)

Retour sur une expérience d’écriture : celle d’un récit (Errances, Paulsen, 2019) autour de la vie de Vitus Bering, marin danois qui mena à l’aube du siècle des Lumières deux expéditions titanesques aux confins de la Sibérie et au-delà, vers l’Alaska, jusqu’au naufrage. Réflexion post hoc sur un usage du monde (l’exploration), une mythologie collective (l’Histoire) et l’imagination narrative (la fabrique du personnage).