Journée d’étude du 07/02/2020 — Résumés des interventions

 

Philippe Antoine (Université Clermont Auvergne, CELIS) : « Entre deux mondes : la traversée de la Méditerranée à l’époque du romantisme »

Au XIXe siècle, le voyage en Orient emprunte dans l’écrasante majorité des cas des voies maritimes. On pourrait à première vue penser que la traversée qui relie un monde à l’autre est une parenthèse où ne pourraient advenir que des aventures accordées aux météores ou des impressions suscitées par le spectacle à la fois mouvant et uniforme des flots. La mer serait alors un espace géographiquement, culturellement et politiquement non situé. Une vague, un coucher de soleil, un horizon… n’ont a priori pas de patrie et ne sont pas soumis à la logique des frontières. La lecture des Voyages romantiques fragilise cette représentation. La Méditerranée est sillonnée par d’invisibles lignes de démarcation qui se lisent selon des échelles différentes : espace de l’embarcation, zones d’influence des puissances régionales, strates mémorielles, perceptions sensorielles fluctuantes. L’entre deux mondes est déjà (mais pas encore) le lieu où se lisent les mécanismes complexes de la refiguration de l’espace et de l’identité du voyageur.   

 

Gilles Louÿs (Université Paris Nanterre, CSLF) : « Aller là où le monde vous fait adveniri: le récit viatique contemporain entre traversée de territoires et immersion dans le lieu »

Si tout récit de voyage est la relation d’un déplacement qui mène quelqu’un quelque part pour ensuite le ramener (généralement) à son point de départ, il ne s’ensuit pas que les formes prises par ce déplacement s’équivalent : lorsqu’on se déplace de lieu en lieu, lorsqu’on traverse les communautés qui vous accueillent, on ne vit pas la même expérience que celui ou celle qui est parti pour séjourner, durablement, dans un lieu, et qui en ressent profondément l’emprise. Il y a ainsi des déplacements qui vous affectent, parce qu’ils vous conduisent en des endroits où votre identité vacille, et d’autres qui ne vous changent en rien. Je me propose d’aborder, à travers un corpus de récits viatiques extrême-contemporains, les formes prises par ces transformations intérieures, qui sont parfois exprimées de manière quasi identique, comme une sorte de coïncidence à soi seulement permise par la confrontation avec l’altérité.

 

Ève de Dampierre (Université Bordeaux Montaigne, TELEM), « Mettre son corps à l’épreuve sur un autre continent : résonances et distorsion des modèles épiques dans la poésie d’Iman Mersal (Égypte) »

Il s’agira d’explorer l’œuvre poétique d’une Égyptienne contemporaine dont une anthologie en français a paru récemment (2018) chez Actes Sud, à travers le traitement particulier qu’elle fait de la migration, à la fois « expérience occidentale » – inéluctable (d’un point de vue postcolonial) et mise en scène tragique et burlesque qui dialogue avec la tradition épique (arabe et européenne). 

 

Guido Furci (Université Sorbonne Nouvelle, CERC) : « Signifier le déplacement. Dans la lignée de Primo Levi, Aharon Appelfeld et Philip Roth »

D’après une définition récente, « le témoin historique serait un témoin oculaire qui décide de devenir témoin instrumentaire, par un acte intentionnel […] » (Dulong, 2009). Or, c’est précisément cette trajectoire d’un pôle à l’autre qui fait du témoin historique une catégorie sémantique hybride, toujours susceptible d’être remise en cause en fonction du contexte. Introduite par nombre d’études s’intéressant au processus de reconstitution d’un événement génocidaire, cette figure multiple est aujourd’hui au centre de toute une littérature qui ne cesse de chercher dans le déplacement ses propres raisons d’être. Ces textes, souvent caractérisés par une altération de l’élément autobiographique, proposent un traitement non linéaire de l’histoire, comme pour en reconstituer le puzzle – le relogifier dirait Barthes – en procédant par rapprochements implicites. « Pris dans les faits qu’ils relatent », les auteurs qui en sont à l’origine s’engagent à faire de l’écriture un lieu privilégié de la mémoire ; comme dans un réceptacle, les souvenirs personnels – et ceux qui dérivent d’une tradition à laquelle ils se découvrent appartenir – viennent s’y déposer et « habiller de mots » ce qu’Aharon Appelfeld décrit comme un « héritage nu ». Pendant de nombreuses années, c’est précisément autour de cette notion que le romancier israélien entretient avec Philip Roth et Primo Levi une sorte de « dialogue à distance », interrompu en 1987 par la mort de ce dernier. Notre travail vise à analyser les modalités à travers lesquelles les échanges entre ces trois écrivains semblent problématiser, sur le plan fictionnel, les notions de « témoignage », « déracinement », « frontière » et « identité » — jusqu’à en faire de veritables « opérateurs logiques » à l’intention des générations suivantes.

 

Barbara Agnese (Université de Montréal, CCEAE/CERC) : « Le voyage hors frontières de la post-mémoire. Helena Janeczek, Cécile Wajsbrot et Katja Petrowskaja »

En prenant comme point de départ la notion de « post-mémoire » élaborée par Marianne Hirsch, qui permet de réfléchir sur la structure du transfert transgénérationnel de la mémoire et du traumatisme, les textes objets de notre analyses seront : Lezioni di tenebra (1997) de Helena Janeczek, Mémorial (2005) de Cécile Wajsbrot et Vielleicht Esther (2014) de Katja Petrowskaja. Les deux premiers textes sont issus de l’expérience de la « deuxième génération » après la Shoah, le récit Peut-être Esther de la troisième. Ces trois romans mettent en scène un voyage dans l’espace et dans le temps : un voyage à partir d’un présent habité/hanté par des questions sans réponses et des silences; un voyage dirigé vers un lieu souvent inconnu et un passé génocidaire dont on ne peut avoir qu’une mémoire reçue. Hirsch décrit la situation de départ de ce voyage comme suit : « To grow up with overwhelming inherited memories, to be dominated by narratives that proceeded one’s birth or one’s consciousness, is to risk having one’s own life stories displayed, even evacuated, by our ancestors. It is to be shaped, however indirectly, by traumatic fragments of events that still defy narrative reconstruction and exceed comprehension. These events happened in the past, but their effects continue into the present. » 

Chez les auteurs à l’étude, le voyage, souvent entrepris par le train, est un mouvement lent dans l’espace et le temps et se construit sur la base des « restes » d’un savoir, de restes matériaux provenant de sources différentes (photos, notes, archives) ainsi que de grandes lacunes. L’histoire y est interpellée à partir d’une perspective « déplacée » non seulement dans le temps et dans l’espace, mais aussi dans l’idiome. Chacune de ces écrivaines développe ainsi une sensibilité pour le langage qui, avant de se faire littéraire, passe par l’étrangeté de la langue « maternelle » (« je suis convaincue d’avoir une langue maternelle que je ne connais pas » dit Janeczek à propos du polonais de ses parents) et par le choix d’une autre langue d’écriture (l’allemand de l’exophone Petrowskaja, par ex.). Janine Altounian nous dit qu’« un héritage traumatique ne se met à parler que déplacé dans le temps et l’espace culturel » ; nous verrons que dans le contexte de ces trois romans être « hors frontières » correspond à la fois à la tâche de la littérature et à l’utopie qu’elle incarne.