Séance du 17.05.19

– Martina Codeluppi (Université Ca’ Foscari, Venise) : « Le complexe de la complexité : déplacement multidimensionnel dans l’œuvre de Dai Sijie »

Les flux migratoires ont sans aucun doute modifié la configuration de la littérature chinoise contemporaine, qui se présente maintenant comme une mosaïque hétérogène contenant une extraordinaire complexité identitaire et linguistique. La question du déplacement constitue le noyau de ce phénomène, en soulignant son lien avec le concept de place et ses multiples reflets représentés par certains ouvrages contemporains. D’abord, il n’est plus possible de tracer les contours de la littérature chinoise en tant qu’entité « située » dans un espace bien défini. On pourrait affirmer que la littérature est elle-même déplacée, voire déterritorialisée. La manifestation la plus évidente de ce déplacement au sens large est clairement la littérature de la diaspora, notamment dans le cas où elle est écrite dans une langue qui n’est pas la langue maternelle de son auteur. Pourtant, cette catégorie a été parfois banalisée par la critique, en la réduisant simplement à une représentation hétéroglossique d’un écart culturel, ou bien une solution pratique pour traiter certains thèmes sensibles du point de vue de la censure. En revanche, le choix de s’exprimer dans une langue étrangère marque la deuxième étape du déplacement, en étant symptomatique d’un bouleversement identitaire dont l’origine est à rechercher dans l’individualité complexe de l’écrivain émigré. Finalement, quand l’auteur choisit de décrire son expérience de déplacement à travers la fiction, on atteint le troisième niveau, dans lequel le processus entier se concrétise au moyen de la narration.

Dans le contexte français, Dai Sijie se présente comme l’un des auteurs les plus connus parmi les écrivains assimilables à la diaspora chinoise. Son roman Le Complexe de Di (2003) illustre les questions susmentionnées depuis plusieurs perspectives, en constituant un exemple excellent pour analyser la représentation du déplacement. Après avoir vécu plusieurs années en France, Muo, le premier psychanalyste chinois, retourne à son pays d’origine et se retrouve protagoniste d’une Odyssée dont le but est de trouver une vierge à offrir au juge Di pour qu’il donne la liberté à son amour, emprisonnée à cause d’un crime politique. Dans quelle mesure cet ouvrage peut être considéré « déplacé » et « déplaçant »n? Cette contribution vise à montrer les niveaux différents à travers lesquels l’auteur exprime son exceptionnel point de vue, caractérisé par sa transidentité ainsi que par son hybridation linguistique et culturelle. Les études conduites sur cet ouvrage se sont souvent arrêtées au niveau de la langue et de la représentation de l’écart culturel, sans analyser dans le détail l’architecture du roman par rapport à la question du déplacement, construite selon la stratification suivante : déplacement identitaire, pérégrination narrative, voyage dans l’interculturalité. Nous explorerons ces trois interprétations d’un mouvement qui est à la fois linguistique, culturel et spatial, pour investiguer le lien entre la représentation des interconnexions spatiales et la complexité identitaire dérivant d’une « sinité » mondialisée et éclatée.

 

– Paolo Magagnin (Université Ca’ Foscari, Venise) : « A Case of Two Worlds. Déplacement et regards croisés dans les romans policiers de Qiu Xiaolong »

La grande popularité du roman policier a permis à cette forme littéraire de dépasser les frontières internationales, en évoluant jusqu’à devenir un véritable genre global. Il s’agit d’un genre extrêmement poreux et malléable, une zone de contact littéraire et expérientielle qui se prête à la description, à la problématisation, voire à la construction de l’altérité. Dans une perspective globale, cette forme littéraire se situe donc dans une position particulièrement favorable à la représentation transculturelle et transidentitaire. La richesse et la complexité de cet entre-deux est encore plus évident chez les écrivains qui font de l’hybridité culturelle et du déracinement à la fois physique et identitaire la clé non seulement de leur production artistique, mais également de leur expérience de vie.

Ceci est le cas du sino-américain Qiu Xiaolong (n. 1953), émigré de Shanghai à St. Louis et créateur de la célèbre série de l’inspecteur de police Chen Cao, écrite en anglais à partir de l’année 2000 et arrivée en 2015 au neuvième volet. À travers les yeux de son inspecteur – anglophile, gourmet et poète amateur, mais surtout observateur attentif et critique de la société en évolution qui l’entoure – Qiu décrit et déconstruit le Shanghai et la Chine postsocialiste à partir des années 1990, en offrant au lecteur non-chinois une clé de lecture possible des changements sociaux, économiques et politiques de la Chine contemporaine. Ceci n’est pas sans une certaine tendance à l’exotisme, à l’anachronisme, à la stylisation et à l’exagération du rôle natif de l’écrivain au bénéfice du lecteur éminemment anglophone. Il s’agit là d’astuces narratives dont le but est de mettre en relief les écarts et les points de contacts entre passé et présent, entre une Chine fictionnelle parfois stéréotypée et un familier plus proche de son public principal, à savoir l’américain. De plus, grâce à d’intenses opérations de traduction, son écriture a pu rencontrer un lectorat bien plus ample, y compris le chinois (chez lequel se déclenche un puissant court-circuit conceptuel lié à l’exotisation du familier). Le brouillage de frontières, identités, regards est constitutif dans l’ensemble de la série de Chen Cao, mais devient encore plus proéminent dans des romans tels que A Case of Two Cities de 2006 (Le Très Corruptible Mandarin en traduction française). Ici, l’investigation sur un cas de corruption mène l’inspecteur à St. Louis, l’engageant dans un travail incessant de médiation linguistique, culturelle et identitaire. Le déplacement spatial et conceptuel se lie donc à une superposition entre vécu et fiction, déclenchant un jeu de regards complexe qui interroge à la fois la notion de familier et celle d’étranger.

Sous la plume de Qiu Xiaolong, le décalage national, identitaire et culturel est donc non seulement un artifice artistique, mais également un instrument de critique sociale et idéologique qu’il exploite afin d’accomplir sa propre légitimation en tant qu’écrivain et « voix » de la Chine d’aujourd’hui au sein de la communauté de ses nouveaux compatriotes, voire l’internationale. À travers l’analyse de la production policière de Qiu Xiaolong, et en examinant en particulier le roman A Case of Two Cities cité ci-dessus, nous nous proposons donc d’identifier les éléments constitutifs de sa littérature policière déplacée. Nous analyserons en particulier les niveaux de représentation du décalage dans sa dimension transnationale, transculturelle et transidentitaire, en mettant en relief sa position parmi les stylèmes du genre policier et ses implications au niveau de la construction narrative de la série de Chen Cao. Nous focaliserons enfin notre attention sur le rapport que ce déplacement entretient avec la notion d’autre e de familier, ainsi qu’avec le projet artistique et idéologique de l’écrivain face à ses lecteurs.